News

Pourquoi vous ne pourrez pas binge-watcher la saison 4 de “Stranger Things”

SÉRIE – Après trois ans d’attente, la suite de Stranger Things est enfin disponible sur Netflix. Le premier volume de la saison 4, composé de sept épisodes, est en ligne sur la plateforme depuis ce vendredi 27 mai. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Matt et Ross Duffer, les créateurs de la série, ont vu les choses en grand pour cette nouvelle saison. 

Les frères font durer le suspens autant que leurs épisodes. Au total, les sept chapitres s’étalent sur presque neuf heures de visionnage. L’épisode le plus court dure 63 minutes, et le plus long (le dernier), 98 minutes. Autant dire qu’il est difficile de tout regarder en une seule fois, même pour les grands adeptes de binge-watching. 

Le second volume, qui sera disponible le 1er juillet sur Netflix, ira encore plus loin. Il ne sera composé que de deux épisodes, mais qui dureront respectivement 1h25 et 2h30. Oui, 2h30 pour un ultime épisode plus long que certains films. Ravi d’un voyage prolongé dans les années 80, ou déjà fatigué devant l’écran: le public risque d’être divisé face à ce choix.

Plusieurs lieux, plusieurs intrigues 

Ce qui explique en grande partie cette longueur exceptionnelle, c’est le caractère fragmenté de l’intrigue, qui se déroule dans plusieurs lieux. Pour rappel, à la fin de la saison 3, la bande d’Hawkins a été séparée pour la première fois après le déménagement d’Eleven (Millie Bobby Brown), Will (Noah Schnapp), Jonathan (Charlie Heaton) et Joyce (Winona Ryder) en Californie. Le reste du groupe est lui resté dans la ville de toutes les terreurs. De son côté, Hopper (David Harbour), présumé mort à la fin de la dernière saison, est fait prisonnier dans un goulag russe secret. Trois lieux, trois ambiances différentes.

Un groupe séparé signifie des rebondissements à distance, et une mise en récit plus complexe. “Il y a tellement de lieux différents qu’on l’appelle ’notre saison saison Game of Thrones’”, ironise Matt Duffer dans les notes de production. 

Cette durée inédite explique également le budget XXL mobilisé pour cette ultime saison: 30 millions de dollars par épisode, qui traduisent notamment des effets spéciaux réussis.

Une saison plus adulte et terrifiante

Si les créateurs proposent une saison plus évoluée, leurs acteurs, eux, grandissent au fil des saisons. Les enfants sont désormais devenus des adolescents. Le groupe d’amis rentre au lycée et va faire face aux complexités de la cour des grands.

Eleven, qui a perdu ses pouvoirs, paye les frais d’un harcèlement par ses camarades de classe. Max (Sadie Sink) se renferme sur elle même après la mort traumatisante de son frère Billy. Lucas (Caleb McLaughlin) s’éloigne du groupe pour devenir plus populaire au lycée…. Séparé et vulnérable, le groupe ne sera pourtant pas ménagé par une nouvelle menace surnaturelle qui se manifeste.

Ce nouveau chapitre devient alors plus adulte, et par conséquent plus terrifiant. La créature menaçante aux allures humaines est particulièrement efficace. “Dans l’ensemble, la tonalité de la saison est plus sombre que les précédentes. Le but était d’en faire la plus effrayante de toutes”, explique Ross Duffer. Le monstrueux humanoïde en fait baver à la bande, et rythme cette saison de passages intenses en actions horrifiques.  

À voir également sur Le HuffPost: “Stranger Things” saison 4 dévoile sa nouvelle bande-annonce

Reference-www.huffingtonpost.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment