News

Olivier Marleix, un « dur » à la tête du groupe LR à l’Assemblée nationale

Deux personnalités, deux ambiances. Mercredi matin 22 juin, ils étaient deux candidats bien différents à briguer la tête du groupe du parti Les Républicains (LR) à l’Assemblée nationale. L’élu de l’Aisne Julien Dive a livré son discours debout, devant le bureau, en bras de chemise. Olivier Marleix, réélu en Eure-et-Loir, a plutôt choisi le classicisme en s’adressant à ses camarades assis bien droit derrière son pupitre, en veste de costume et cravate. C’est le deuxième qui l’a emporté, mercredi, à 40 voix contre 20.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les Républicains ne veulent « ni de pacte ni de coalition » avec Ensemble !, mais s’interrogent encore sur leur stratégie après les législatives

Passé par plusieurs cabinets ministériels, reconnu pour sa connaissance des dossiers et son expérience, celui qui arpente les travées du Palais-Bourbon depuis 2012 a mieux su convaincre le groupe. Interrogés, ils étaient plusieurs, mercredi, à faire justement valoir cette connaissance du fonctionnement de l’Assemblée pour justifier leur choix.

« Les deux candidatures étaient intéressantes et dans la solidité de la ligne pour une opposition responsable », indique ainsi Alexandra Martin, députée des Alpes-Maritimes, qui précise avoir voté en faveur d’Olivier Marleix « pour la méthode collaborative et participative qu’il a proposée ».

Orientation politique de la famille LR

Eric Ciotti, député lui aussi des Alpes-Maritimes, et dont tout le monde a pensé un temps qu’il allait se lancer, s’est réjoui, mercredi matin : « Olivier Marleix maîtrise parfaitement ses dossiers et saura, dans une situation inédite par sa complexité, gérer au mieux les difficultés à venir. »

Si l’élu se satisfait de cette victoire, qui n’est pas vraiment une surprise, c’est que les deux hommes sont sur la même ligne d’opposition dure vis-à-vis du président de la République. Tous deux férus de questions sécuritaires et régaliennes, tous deux plus à droite que leurs jeunes camarades, qui ont tenté de renverser la table, mercredi matin, en envoyant Julien Dive tenter sa chance.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Cravatés et encadrés, les 89 députés du RN font leur rentrée à l’Assemblée nationale

Derrière cette bataille pour le groupe, se jouait aussi, de façon plus feutrée, celle de l’orientation politique de la famille LR à l’Assemblée nationale et au-delà. S’il a soutenu Nicolas Sarkozy en 2017, Olivier Marleix a déjà affiché sa proximité avec Laurent Wauquiez. Or, si tout le monde assure la main sur le cœur que l’élection de mercredi ne concerne que la vie du groupe, il semble évident que le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, qui n’a rien abandonné de ses ambitions pour la présidentielle de 2027, souhaite revenir au cœur du jeu politique. Avec Olivier Marleix à la tête du groupe, il s’assure au moins un allié qui, a minima, saura convaincre le groupe de prendre des positions compatibles avec ses idées : une opposition claire et franche au président de la République dont il pourra se targuer le moment venu.

Il vous reste 26.82% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Reference-www.lemonde.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment