News

Malgré son succès de 2021, Miller redoute un GP flag-to-flag

Jack Miller a été devancé par Pecco Bagnaia en qualifications mais la course pourrait offrir des conditions taillées pour lui puisque les prévisions annoncent un possible orage aux alentours de l’heure du départ, et qu’il a l’habitude de briller quand la pluie s’invite. Victorieux il y a un an dans une course marquée par un changement de moto en raison de l’évolution des conditions, le pilote Ducati espère pourtant une épreuve plus calme cette année.

“[Je n’espère] vraiment pas [une course] flag-to-flag”, a assuré Miller en conférence de presse. “C’est beaucoup trop stressant. La limite de vitesse dans les stands n’est pas vraiment mon point fort ! J’ai fait quelques essais cette année, je n’aurai pas de contravention en France cette année ! C’est beaucoup plus facile si c’est clair : humide ou sec.”

L’Australien ne cherchera pas à écrire le scénario de la course avant le départ et acceptera la situation qui se présentera : “On peut changer beaucoup de choses en MotoGP, on peut ajuster beaucoup de choses, mais pas la météo. Ça ne sera à rien de s’inquiéter de ce qu’on ne peut pas changer. On prend les choses comme elles viennent, donc je ne crains pas trop la pluie. S’il n’y en a pas, c’est toujours mieux, une course sur le sec est toujours beaucoup moins stressante.”

Si la pluie épargne le circuit Bugatti, Jack Miller espère capitaliser sur sa première ligne, en anticipation d’un Grand Prix où il ne sera pas aisé de doubler un concurrent : “Avec le niveau actuel du MotoGP, avec des dépassements difficiles, de bonnes qualifications [le samedi] facilitent beaucoup le travail le dimanche, surtout ici. Les dépassements semblent vraiment difficiles, si on revient sur un pilote qui est une demi-seconde ou une seconde plus lent, c’est vraiment dur de doubler. Si on veut dépasser quelqu’un qui est un dixième plus lent ou qui fait les mêmes chronos, ça sera vraiment compliqué.”

Jack Miller

Jack Miller a pu compter sur l’aide de Pecco Bagnaia pour atteindre cette première ligne. Après avoir senti “presque trop de grip” en EL3, il a été plus en difficulté quand la température de l’asphalte a grimpé, pour finalement signer le deuxième temps grâce à un tour dans la roue de son coéquipier.

“Dans l’après-midi, c’était vraiment plus dur de faire les chronos. Puisque j’avais fait un 1’30″8 [en EL3], je savais que j’avais ce genre de rythme en moi, je savais ce que ça pouvait donner, mais je me disais qu’avec quelqu’un devant, une aspiration, ça aiderait, et Pecco était la cible idéale dans le box à côté du mien. J’ai pu voir quand il partait et c’était impressionnant.”

“On attaquait tous, j’ai fait un 1’30″9, mais voir tout le tour de la pole [de Bagnaia] avec la meilleure place possible, c’était impressionnant. […] Au virage 6, j’ai un peu manqué la trajectoire, j’ai pu revenir dessus. C’est assez spectaculaire à voir. On a fait les mêmes chronos, ma moto faisait le même genre de choses, donc c’était impressionnant. Le rythme est très bon ce week-end, tout le monde est très bon. Battre le record de la piste, qui tenait depuis pas mal de temps, d’une telle marge, c’est impressionnant et je pense que le rythme de course sera fou si ça reste sec.”

Lire aussi :

Reference-fr.motorsport.com

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment