News

« Le Mystère de Denisova », sur France 5 : à la découverte d’un « humain du troisième type » en Sibérie

FRANCE 5 – JEUDI 23 JUIN À 21 H 00 – DOCUMENTAIRE

Lorsque, le 23 décembre 2010, la communauté scientifique communique sur l’existence d’un groupe humain inconnu, distinct d’Homo sapiens et de Neandertal, elle prend d’infinies précautions. Deux ans après avoir découvert un minuscule bout d’os de doigt dans la grotte de Denisova, en Sibérie, sont publiés dans la revue Nature les résultats de l’analyse génétique qui permet d’affirmer que le fragment d’os appartient à un enfant, la « fillette de Denisova », dont la place sur l’arbre généalogique de l’humanité se situe sur un rameau frère de celui des néandertaliens. Autant dire une révolution. Pourtant, « les chercheurs hésitent à parler d’une nouvelle espèce », écrit alors Hervé Morin dans Le Monde, pour désigner ces dénisoviens.

Lire aussi La fillette de Denisova, mère d’une autre humanité

Une décennie plus tard, le réalisateur Guy Beauché ne tergiverse plus, parlant dans son documentaire d’« humain du troisième type » et de « troisième homme », alors que « le monde découvre l’existence d’une nouvelle espèce humaine ». Il est vrai qu’entre-temps les paléoanthropologues ont été confortés, en 2019, par l’analyse ADN d’un autre fossile, de mandibule cette fois, vieux de 90 000 ans.

Le film revient sur les différentes étapes qui ont mené à cette découverte stupéfiante – à une époque pas si reculée, la Terre était peuplée d’au moins trois espèces humaines –, mais aussi sur la pluie de questions qui subsistent à propos de l’homme de Denisova : à quelle période a-t-il vécu ? Quel patrimoine génétique a-t-il légué aux humains d’aujourd’hui ?

Internationalisation

La mise en scène, très accrocheuse, ne lésine ni sur les scènes fictionnelles ni sur les violons. Ces artifices de vulgarisation, efficaces, ne doivent pas détourner les plus rigoureux de ce film qui instruit, amuse et distrait tout à la fois, grâce à quelques astuces.

Reconstitution de la découverte d’un minuscule bout d’os de doigt dans la grotte de Denisova, en Sibérie, en 2008.

D’abord, il donne la parole aux pionniers de l’aventure, comme le Suédois Svante Pääbo, paléontologue généticien pionnier, qui a décrypté le génome de Neandertal, ou Jean-Jacques Hublin, paléoanthropologue, cosignataire de l’article de Nature, en décembre 2010.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les hyènes, vraies locataires de la grotte russe de Denisova

Ensuite, il valorise l’internationalisation des recherches, entre l’Institut Max-Planck de Leipzig, où l’ADN a été étudié, Novossibirsk en Russie, Toulouse en France, l’université de Lanzhou, en Chine, où la mandibule a été analysée, Jérusalem, en Israël, où l’anatomie de l’homme de Denisova a été génétiquement recréée avec une fiabilité annoncée de 85 %.

Mais, surtout, il présente un aspect cocasse du métier de paléoanthropologue, sur le terrain, lors d’une séquence tournée dans un village en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une équipe de chercheurs doit y séjourner pendant dix jours pour récupérer des échantillons ADN en grande quantité. L’un d’eux interroge : « Où sont les toilettes ? – Dans la rivière. – Et pour se laver ? – Dans la rivière. » Le prix à payer pour connaître les grandes migrations humaines.

Le Mystère de Denisova, documentaire de Guy Beauché (Fr., 2022, 50 min). Diffusé dans le cadre de l’émission « Science grand format » sur France 5.

Reference-www.lemonde.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment