News

La majorité désigne Yaël Braun-Pivet pour briguer la présidence de l’Assemblée

A l’Assemblée, les tractations pour les postes clés ont commencé. Et notamment celles pour le perchoir – la présidence -, dont l’élection aura lieu mardi prochain et qui a donné lieu ce mercredi à une primaire interne aux groupes de la majorité (Renaissance, Modem, Horizons).

Et c’est la ministre des Outre-mer, Yaël Braun-Pivet , qui sera leur candidate. L’ex-présidente de la commission des Lois, qui lors du quinquennat précédent avait été élue à ce poste à la surprise générale, puis réélue, l’a en effet emporté ce mercredi soir au second tour face au président sortant de la commission des Affaires économiques au Palais-Bourbon, Roland Lescure, par 105 voix contre 85, celui-ci étant le candidat qui avait les faveurs de l’Elysée et de Matignon.

Les groupes désignent leur chef de file

Mais avant, quasiment tous les groupes avaient déjà choisi leur président ou présidente, soit ceux qui seront en première ligne dans l’Hémicycle. C’est d’ailleurs bien pour cela qu’au RN, Marine Le Pen a très vite dit que c’est elle qui occuperait le poste pour le groupe le plus important qu’ait jamais eu le parti d’extrême droite.

Mais c’est LFI qui a ouvert le bal en choisissant mardi la députée du Val-de-Marne Mathilde Panot (33 ans), seule candidate à ce poste crucial. C’est à elle que Jean-Luc Mélenchon avait passé le relais à l’automne dernier, en se lançant dans la campagne présidentielle. Mais c’est désormais à la tête d’un groupe passé de 17 à 75 membres qu’elle va ferrailler.

Pour le groupe des députés communistes (GDR), c’est André Chassaigne (71 ans) qui a rempilé ce mercredi. Le PS doit, lui, trancher ce jeudi entre Guillaume Garot, Jérôme Guedj et Boris Vallaud. Chez LR, le duel de générations entre le député d’Eure-et-Loir Olivier Marleix (51 ans), élu depuis 2012, représentant de l’aile conservatrice du parti et le député de l’Aisne Julien Dive (37 ans), représentant de la jeune garde de LR et proche de Xavier Bertrand, a tourné à l’avantage des anciens, par 40 voix contre 20 pour Olivier Marleix , qui succède donc à Damien Abad parti au gouvernement.

« Pas froid aux yeux »

Côté majorité, pour le groupe Renaissance, c’est la députée des Yvelines Aurore Bergé (35 ans) qui a été élue dès le premier tour avec 88 voix face à 3 autres candidats. Une belle revanche pour l’ex-présidente déléguée du groupe, qui avait échoué au terme d’une intense campagne en 2020, au second tour face à Christophe Castaner, et qui est restée, en dépit de ses espoirs, à l’écart des remaniements lors du premier quinquennat.

Venue de la droite, offensive dans les médias, parfois clivante, elle a été vue du côté de l’exécutif, dans la nouvelle configuration de l’Assemblée, comme la meilleure solution. « Elle avait cette envie, pour cette mission pas facile. Elle peut à la fois tenir la barre de l’Hémicycle et la barre médiatique, c’est une bonne oratrice, elle n’a pas froid aux yeux », loue Stanislas Guerini, qui souligne au passage, alors que le manque de femmes à des postes clés a été sans cesse reproché, qu’elle est « la première femme présidente d’un groupe majoritaire à l’Assemblée ».

« Je tends la main aux républicains de droite comme de gauche pour venir en responsabilité voter ce qui peut changer la vie des gens », a-t-elle déclaré après son élection.

Laurent Marcangeli et Jean-Paul Mattéi

A côté d’elle dans la majorité, a été élu président du groupe Horizons le député de Corse-du-Sud Laurent Marcangeli (41 ans), venu de la droite et proche d’Edouard Philippe depuis son élection comme député alors UMP en 2012. Maire d’Ajaccio, il faisait partie de ces élus locaux régulièrement consultés par Matignon sous Edouard Philippe. Ce mercredi, il a plaidé pour créer « les conditions d’une grande coalition et porter haut les couleurs de la droite et du centre ».

Au Modem, c’est aussi un proche du patron du parti démocrate François Bayrou, Jean-Paul Mattéi (68 ans), élu député en 2017 et membre de la commission des Finances, suppléant de François Bayrou en 2012, qui succède à Patrick Mignola et promet de travailler à des « compromis ».

Reference-www.lesechos.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment