News

Chrysoula Zacharopoulou : accusée de viol, quels sont les faits reprochés à la secrétaire d’État ?


ZACHAROPOULOU. La secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou est accusée de viols gynécologiques par deux femmes. Une enquête est ouverte et le gouvernement attend la décision de justice pour s’exprimer sur le maintien de la secrétaire.

[Mis à jour le 23 juin 2022 à 12h29] Avec deux plaintes pour viol déposées contre elle en l’espace d’un mois, Chrysoula Zacharopoulou est dans la tourmente. La secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux et gynécologue de formation est accusée de viol et de violence gynécologique par d’anciennes patientes. Les faits reprochés remonteraient en 2016, en 2018 et en 2019 alors que la médecin exerçait dans les hôpitaux Trousseau et Tenon, tous deux membres de l’AP-HP. Les plaignantes dénoncent des pénétrations vaginales et rectales non consenties dans un cadre médical. L’hebdomadaire Marianne a révélé l’existence des deux plaintes déposées respectivement le 25 mai et le 16 juin 2022, soit après la nomination de Chrysoula Zacharopoulou au gouvernement. Le parquet de Paris a rapidement donné suite en ouvrant dès le 27 mai une enquête pour “déterminer si les faits sont susceptibles de tomber sous le coup d’une qualification pénale”. Les investigations courent toujours sous la responsabilité de la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Chrysoula Zacharopoulou est la deuxième ministre a être accusée de viol depuis la nomination du gouvernement Borne. Et comme pour l’affaire Damien Abab, le gouvernement refuse de s’exprimer ou de prendre des décisions sans que la justice n’ait tranché. Ce matin sur Franceinfo, la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire, a rappelé que “la justice est saisie et va se prononcer” sur l’affaire Zacharopoulou. La voix de l’exécutif a également décrit la secrétaire d’Etat comme “une gynécologue qui pratique depuis de nombreuses années, qui a consacré sa vie à accompagner des femmes atteintes d’endométriose.” Une nouvelle fois, le gouvernement promet que “si ces plaintes devaient donner lieu à d’autres faits de justice, des décisions seraient prises” mais estime “indispensable que la justice puisse travailler indépendamment du pouvoir politique, indépendamment de l’exécutif, pour qu’elle puisse mener à bien ses investigations et porter un diagnostic et une réponse”.

Quelles sont les accusations qui visent la gynécologue, Chrysoula Zacharopoulou ?

Chrysoula Zacahropoulou est accusée par deux plaignantes qui se présentent comme d’anciennes patientes de la gynécologue et dénoncent des faits de viol lors d’une consultation médicale. Les deux femmes, dont l’une précise qu’elle était majeure lors des faits présumés, ont détaillé leurs accusations mercredi soir dans l’émission Quotidien. L’auteure de la première plainte évoque une pénétration rectale réalisée selon elle alors même qu’elle avait exprimé le refus de l’examen médical. “Je lui dis non. Je vois que je n’ai pas mon mot à dire et elle met son gant. Je me suis mise à pleurer. Puis elle est rentrée”, relate-t-elle précisant s’être “totalement figée, je ne pouvais plus parler, je ne respirais plus, j’étais coupée de tout. Je pleurais en silence. J’ai dit que j’avais mal, elle m’a dit : ‘Non c’est bon, ce n’est qu’un toucher rectal”.

La seconde plaignante indique avoir été agressée en 2016 alors qu’elle consultait Chrysoula Zacharopoulou pour des problèmes d’endométriose, la spécialité de la gynécologue et désormais secrétaire d’État. Dans son témoignage, elle raconte avoir subi “”un toucher vaginal sans un mot […] par surprise” et une pénétration rectale “sans consentement non plus”. Des actes présumés qu’elle décrit comme “brutaux, violents et très douloureux”. Aujourd’hui, l’ancienne patiente déclare être dans un “état post-traumatique qui est très difficile à gérer”. Elle a ajouté au micro de Quotidien que lors de sa consultation “toutes les jeunes filles avant moi sortaient du rendez-vous en larmes”.

Chrysoula Zacharopoulou est également mise en cause par une troisième femme contactée par l’AFP qui explique avoir vécu sa consultation gynécologique, là encore pour des douleurs liées à l’endométriose, “au moins comme une agression sexuelle”. Si elle est dit ne pas avoir porté plainte à l’époque de peur de ne pas être crue, aujourd’hui elle “hésite” à le faire. Selon Sonia Bisch, fondatrice de l’association Stop aux Violences Obstétricales et Gynécologiques interrogée par BFMTV, son organisation a également reçu les témoignages de trois autres femmes qui “dénoncent de graves violences psychologiques où elles se sont senties humiliées, violentées” lors d’une consultation médicale avec Chrysoula Zacharopoulou.

L’AP-HP était-elle informée des plaintes pour viol contre Chrysoula Zacharopoulou ?

Chrysoula Zacharopoulou exerçait en tant que gynécologue et spécialiste de l’endométriose dans deux établissements de l’AP-HP : l’hôpital Trousseau et l’hôpital Tenon. Selon Franceinfo, elle pratiquait sous la direction du docteur Emile Daraï, lequel est également accusé de viols et d’autres violences gynécologiques par 25 patientes et visé par une information judiciaire pour violence commise par une personne exerçant une mission de service public mais non pour viol.

Après les révélations sur les accusations de viols gynécologiques visant Chrysoula Zacharopoulou, le directeur de l’AP-HP, Martin Hirsch, s’est exprimé sur Twitter, assurant n’avoir “jamais eu connaissance de plainte ou de signalement concernant la docteure Chrysoula Zacharopoulou”. Auprès du Monde, l’association hospitalière a également indiqué : “Le CHU a mis en place une commission d’enquête fin septembre 2021 à la suite des accusations concernant le professeur Émile Daraï” et une “attention particulière a été portée à la remontée et au traitement des réclamations des patientes”.

Quand Chrysoula Zacharopoulou a-t-elle été nommée au gouvernement ?

Chrysoula Zacharopoulou a été nommée au gouvernement Borne le 20 mai 2022 pour occuper la fonction de secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, sous la houlette de Catherine Colonna, ministre des Affaires étrangères. Elle était une des surprises du remaniement, notamment parce que sa profession de gynécologue suggère que l’attribution d’un portefeuille dépendant du ministère de la Santé aurait été plus approprié. Sa nomination aux Partenariats internationaux peut s’expliquer par le rôle qu’elle a joué en 2021 dans le dispositif Covax censé organiser l’acheminement de vaccins contre le coronavirus des pays occidentaux vers les pays en développement.

La secrétaire d’État Chrysoula Zacharopoulou était toutefois engagée en politique avant d’être un membre de l’exécutif. Elle a notamment rejoint La République en marche (LREM) en 2019 et a été élue députée européenne la même année. En plus de son investissement au sein du parti présidentiel, Chrysoula Zacharopoulou a été chargée de mener une étude sur l’endométriose, sujet sur lequel elle est titulaire d’un doctorat et pour lequel elle a remis un rapport complet à Emmanuel Macron le 11 janvier 2022.

Après Gérald Darmanin et plus récemment Damien Abad, Chrysoula Zacharopoulou est la troisième ministre du gouvernement, mais la seule femme, à être mise en cause pour des agressions sexuelles. Elle est aussi la seule faire l’objet d’une enquête. Contacté par Franceinfo, Matignon n’a pas souhaité commenter l’affaire.

Endométriose, politique… Qui est Chrysoula Zacharopoulou ?

Ancienne eurodéputée de LREM et désormais secrétaire d’État chargée du Développement, de la Francophonie et des Partenariats internationaux, Chrysoula Zacharopoulou est à l’origine docteure en gynécologie. Née à Sparte, en Grèce, cette franco-grecque a fait ses études en Italie et est sortie diplômée de l’université romaine “La Sapienza”, elle est même titulaire d’u doctorat sur l’endométriose. Un sujet de santé sur lequel elle a beaucoup travaillé notamment depuis son arrivée en France en 2007. Elle a exercé dans les services de l’hôpital d’instruction des armées Bégin avant de rejoindre les établissements de l’AP-HP. Au nom de son travail sur la maladie féminine a été nommée chevalier de l’ordre national du Mérite en 2017. Toujours dans le cadre de sa lutte pour la reconnaissance et la prise en charge de l’endométriose, elle a remis un rapport à Emmanuel Macron le 11 janvier 2022 pour améliorer le diagnostic de l’endométriose.

De 2019 à 2022, en tant que députée européenne, Chrysoula Zacharopoulou a appelé l’Union européenne à faire de la santé une priorité notamment pendant la pandémie du Covid-19. Elle est d’ailleurs depuis cette période la co-présidente de Covax, un dispositif qui doit permettre aux pays défavorisés de recevoir des vaccins contre le virus.

Reference-www.linternaute.com

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment