News

“C’est moi qui prends”: après le blackface d’une cliente, un restaurateur raconte son calvaire

Dans “Apolline Matin” ce vendredi sur RMC et RMC Story, Michaël Taylor, gérant du restaurant Senza Nome à Poitiers, a raconté le déferlement de haine et les menaces qu’il reçoit après la venue d’une cliente en “blackface”.

Une cliente en “blackface” et un restaurateur victime d’un déferlement de haine et de menaces. Le 18 mai dernier, Michaël Taylor, gérant du restaurant Senza Nome à Poitiers, a accueilli un groupe pour un enterrement de vie de jeune fille.

“Des clients réguliers m’ont fait une réservation en disant qu’ils allaient venir costumés, raconte-t-il dans ‘Apolline Matin’ ce vendredi sur RMC et RMC Story. Une personne, parmi le groupe, s’est déguisée en Martiniquaise avec le visage grimé. Tout s’est très bien passé jusqu’au moment où il y a eu une altercation avec une jeune fille dans la rue. A ce moment-là, j’étais à l’intérieur du restaurant. Je suis sorti pour parler à la jeune fille pour lui expliquer la situation. Je pensais que tout s’était bien passé, mais une vidéo a été filmée. Je n’ai pas vu la personne qui a filmé. Quand je suis rentré, le seul problème, c’est que la vidéo avait été mise sur les réseaux sociaux. Il y a eu un déferlement de haine en très peu de temps.”

“Trois semaines après, elle allait devenir policière municipale”

Depuis un mois, ce restaurateur de Poitiers, qui a reçu le soutien du représentant départemental de SOS Racisme, subit les conséquences de cette soirée. “Il y a eu un tag ‘raciste’ sur ma devanture. Je reçois des menaces par téléphone, par mail, disant que le feu ça brûle très vite ou qu’on veut m’égorger sur la place publique. Mon chiffre d’affaires a chuté de 80%”, explique Michaël Taylor. “Tout le groupe était déguisé. Ils sont allés un peu partout dans Poitiers avant de venir chez moi. Personne ne les a interpellés jusqu’au moment où ils sont venus chez moi, ajoute-t-il. C’est là où il y a eu le problème.” Et il ne comprend pas l’absence d’explication et de soutien de cette cliente, qui le laisse seul en première ligne: “Je suis la seule entité qu’on peut contacter. C’est beaucoup plus simple, c’est moi qui prends”.

“C’est une promotion de la police municipale, indique le restaurateur. Elle avait encore trois semaines de stage. Après, elle allait devenir policière municipale, mais pas sur Poitiers, plutôt sur Bordeaux. (…) Tout ce qu’elle a fait, c’est m’envoyer un message me disant ‘on va faire en sorte que votre note remonte’. Et ils ont tous dit : ‘Il ne faut pas dire que c’était nous’. Depuis, je n’ai plus aucune nouvelle. C’est ce que je lui reproche, de ne pas venir avec moi pour expliquer ce qu’il s’est passé.”

Michaël Taylor n’a plus de nouvelle non plus des autres restaurateurs et des commerçants de la ville. “Ils ont commencé à m’apporter un certain soutien, mais de très courte durée. Je n’ai plus de nouvelles. Les restaurateurs et commerçants de Poitiers ne me soutiennent pas du tout. C’est plutôt le contraire, ils m’évitent”, confie-t-il. Il accueille encore “des clients fidèles”, mais “certaines personnes sont venues me témoigner leur soutien… en disant qu’elles ne voulaient pas être vues avec moi”. Forcément, la situation le fait souffrir: “Je dors très peu. On m’a conseillé de me faire suivre par une psychologue. Ça me fait du bien, mais pas assez. Ça reste très compliqué”.

Reference-rmc.bfmtv.com

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment