News

Avignon : la fresque d’Attali tirant les ficelles de Macron “est absolument antisémite”

La fresque, immense, a suscité une vive polémique. Apparue il y a une quinzaine de jours sur le pan d’un bâtiment de gestion d’eau à l’entrée d’Avignon (Vaucluse), elle représente l’écrivain et économiste Jacques Attali tirant les ficelles d’une marionnette au visage d’Emmanuel Macron. Baptisée La Bête 2 et signée par l’artiste Lekto, déjà connu pour des caricatures politiques controversées, l’oeuvre a rapidement été qualifiée d’antisémite par différentes associations, personnalités publiques et internautes, outrés par l’allusion évoquée. “Est-ce que la mairie d’Avignon peut nous dire qui a autorisé ou commandé cette fresque antisémite, et pourquoi elle est toujours là ?”, a notamment questionné sur Twitter l’association American Jewish Comittee, qui lutte contre le racisme et l’antisémitisme. 

Mais malgré les protestations, la ville et la communauté d’agglomération du Grand Avignon – propriétaire du bâtiment – ont dans un premier temps envisagé de ne pas effacer cette fresque, invoquant “la liberté d’expression” et estimant que “chacun peut interpréter l’image comme il le veut puisqu’il n’y a pas de mot sur ce mur”. Finalement, l’oeuvre sera recouverte ce vendredi face “à l’insistance du préfet”, indiquait ce matin France Bleu Vaucluse. Mais le symbole, lui, est indélébile. “Je ne m’explique pas le temps qu’il a fallu aux autorités compétentes pour réagir”, commente Jean-Yves Camus, politologue et co-directeur de l’Observatoire des radicalités politiques. Le spécialiste de l’extrême droite est clair : “Il ne fait aucun doute que cette fresque est antisémite, et ce qu’elle laisse supposer est totalement nocif”.  

L’Express : En quoi cette fresque est-elle antisémite selon vous ?  

Offre limitée. 2 mois pour 1€ sans engagement

Jean-Yves Camus : Elle est antisémite sans aucun doute, je n’y mets pas de conditionnel. Et ceci pour une raison assez simple : elle utilise tous les poncifs d’une théorie antisémite extrêmement ancienne, selon laquelle la vie politique est un théâtre de marionnettes. Il existerait au sein de ce théâtre des détenteurs visibles du pouvoir, qui seraient manipulés ou mis en place par des détenteurs invisibles du pouvoir, une sorte d’élite cachée… Qui se trouverait être juive. L’intelligence suprême des juifs étant, selon cette théorie, de ne pas assumer le pouvoir par eux-mêmes, mais bien d’être toujours dans un rôle de tireurs de ficelles. 

J’estime qu’il est parfaitement loisible de contredire Jacques Attali sur ses idées, d’exprimer des désaccords sur sa vision du monde, tout comme on peut le faire avec Georges Soros par exemple… Mais à partir du moment où Jacques Attali aujourd’hui, et Georges Soros hier, sont décrits comme des tireurs de ficelles d’une sorte de jeu politique fictif qui donnerait l’impression aux citoyens qu’ils élisent leurs représentants alors qu’en réalité ils élisent des pantins, nous sommes face à une oeuvre absolument antisémite. Ce que cette fresque laisse supposer est totalement nocif, d’autant plus qu’elle a été dessinée dans l’espace public, à la vue de tous.  

Quelles références complotistes peut-on retrouver sur cette fresque ?  

Évidemment, les théories complotistes et antisémites vont toujours de pair. Là, c’est l’image du pantin et du tireur de ficelles. En ce moment, une phrase attribuée à Jacques Attali circule beaucoup sur les réseaux sociaux pour justifier cette théorie. “Macron, c’est moi qui l’ai inventé”, aurait-il dit. Outre le fait qu’Emmanuel Macron n’est pas devenu président grâce à Jacques Attali mais grâce au vote des Français, on est en plein dans la théorie complotiste qu’un homme d’influence, juif comme par hasard, aurait fabriqué ex nihilo un homme qui serait devenu par sa seule grâce président de la République. Dans quel but et par quels moyens ? La question reste ouverte… Outre le fait que c’est injurieux pour le président de la République et politiquement idiot, c’est un procédé antisémite qui remonte au 19e siècle. On peut trouver toute une littérature datant de cette époque qui explique que les gouvernements sont entre les mains de conseillers juifs, qu’ils ne sont que les exécutants à leur insu ou de leur plein gré d’un plan de domination mondial ourdi par les juifs… Le thème central, c’est la manipulation, le complot. Et ce sont les symboles que l’on retrouve dans cette fresque. 

L’application L’Express

Pour suivre l’analyse et le décryptage où que vous soyez

Télécharger l'app

Télécharger l’app

Si l’oeuvre sera finalement effacée, la ville d’Avignon et la communauté d’agglomération ont d’abord invoqué “la liberté d’expression” pour justifier sa présence. Qu’en pensez-vous ?  

La liberté d’expression est fondamentale, mais elle n’est jamais absolue. C’est pour cela qu’elle est encadrée par la loi, pour le bien de tous et la sérénité de l’ordre public. La liberté d’expression ne donne pas le droit de tenir des propos injurieux à l’égard de quelqu’un ou de diffamer une personne, et ne permet pas non plus la négation du génocide des juifs par exemple. La loi prévoit des sanctions si vous le faites publiquement ou par voie de presse. Donc à partir du moment où il est incontestable – et je voudrais bien entendre les arguments des personnes qui prétendent le contraire ! – que cette fresque est inspirée du vieux schéma antisémite de la théorie du complot, elle doit être effacée. D’autant que par sa taille et son emplacement, elle est visible d’un grand nombre d’habitants d’Avignon ou de touristes. Je ne m’explique d’ailleurs pas le temps qu’il a fallu aux autorités compétentes pour réagir : il ne fait pas l’ombre d’un doute que dans ce contexte, la liberté d’expression doit être limitée. 


Opinions

La chronique de Jean-Laurent Cassely

Des touristes sur une plage de Cayo Blanco, à Varadero, le 5 mai 2022, à Cuba.Jean-Laurent Cassely

La chronique de Christophe Donner

A l'instar de celui de Beyrouth en son temps, l'hippodrome de Kiev a été épargné.Par Christophe Donner

Détours de France

Détour par Saint-André-de-Sangonis.Eric Chol

Tribune

La droite de gouvernement pourrait jouer un rôle majeur au service des Français, estime Jean-François Copé, ici le 9 mai 2017 à Paris.Jean-François Copé

Reference-www.lexpress.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment