News

Aurore Bergé, une élue « combative » pour cornaquer les députés LRM

Elle tient enfin sa revanche. Après plusieurs tentatives pour occuper un poste de poids au sein de la majorité, Aurore Bergé est enfin consacrée. Victorieuse dans les Yvelines, au second tour des élections législatives, dimanche 19 juin, elle a été élue à la tête des députés La République en marche (LRM), mercredi 22 juin, en s’imposant largement face à ses rivaux internes, dès le premier tour.

A 35 ans, cette élue issue de la droite succède à Christophe Castaner, battu dimanche. Avec une mission principale : tenir un groupe, qui a fondu de 266 à 170 membres à l’Assemblée nationale, en s’assurant de leur loyauté, afin de faire voter les réformes de l’exécutif. Avec le défi de faire preuve d’autorité, sans toutefois braquer les troupes. Mardi 21 juin au matin, juste après sa désignation, celle qui entame son second mandat au Palais-Bourbon a d’ailleurs insisté sur ses deux aspects, devant ses collègues, en soulignant la nécessité de « plus s’écouter pour être tous rassemblés », tout en maintenant un climat « d’unité et de discipline ».

Lire aussi : Assemblée nationale : Aurore Bergé élue présidente du groupe de La République en marche, Olivier Marleix prend la tête du groupe Les Républicains

Un rôle de coordinatrice qu’elle occupait déjà dans l’ombre, en tant que présidente déléguée « chargée du travail législatif », depuis septembre 2020, après s’être présentée à la présidence du groupe majoritaire face à M. Castaner. Après la défaite de ce dernier, Aurore Bergé est apparue comme la plus « robuste » pour occuper ce poste-clé, selon le terme d’un responsable de la majorité.

« Sens politique », « expérience »

Ses soutiens mettent en avant le « sens politique » et « l’expérience » de celle qui a adhéré à l’UMP à l’âge de 16 ans, avant de faire ses classes auprès de Valérie Pécresse. Elue sous les couleurs macronistes dans son fief des Yvelines, en 2017, cette spécialiste de la communication s’est rapidement imposée comme l’une des voix du chef de l’Etat dans les médias, en n’hésitant pas à porter le fer sur ses anciens collègues du parti Les Républicains ou les élus de La France insoumise. Un rôle de sniper, qui lui vaut de vives critiques dans les rangs de l’opposition, où sa défense inlassable de l’action du locataire de l’Elysée agace. Mais qui lui a fait gagner ses galons chez ses collègues, qui la voient comme « une machine de guerre », n’ayant « peur de rien ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Des députés de la majorité déboussolés et à la recherche de nouveaux leaders

« Elle a un vrai talent oratoire et sait répondre aux politicailleries des uns et des autres », estime le député LRM d’Eure-et-Loir, Guillaume Kasbarian, en décrivant « une bosseuse, qui connaît ses sujets ». A son tour, son collègue de la Manche, Stéphane Travert, vante une élue « engagée » et « combative », capable de « gérer » les députés du groupe « pour être aussi cheffe du bureau des pleurs ».

Il vous reste 29.62% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Reference-www.lemonde.fr

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment