News

Alignement des planètes 2022 : comment observer la “grande parade” ?


PLANETE. Ce vendredi 24 juin avant l’aube, l’alignement des planètes de notre système solaire est particulièrement visible dans le ciel. A quelle heure et comment observer Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune “alignés” dans leur ordre de distance par rapport au Soleil ?

[Mis à jour le 24 juin 2022 à 05h02] Un spectacle cosmique attend les amateurs de l’espace ce vendredi matin, mais il aura fallu se lever tôt. Avant le lever du Soleil, toutes les planètes de notre système solaire sont observables dans le ciel dans l’ordre de la distance qui les sépare du Soleil, regroupées non loin de l’écliptique : il s’agit de la grande “parade” des planètes. Si Mercure, Mars, Vénus, Jupiter et Saturne sont visibles à l’oeil nu, Neptune et Uranus, les deux géantes de glace, requièrent un télescope ou des jumelles car elles sont nettement moins lumineuses que les autres planètes. “Ce que l’on voit surtout ce sont Vénus et Jupiter. Ce seront les objets les plus brillants qu’on verra dans le ciel, ça saute aux yeux”, explique Olivier Las Vergnas, président de l’Association française d’astronomie, à BFMTV.

“Il se trouve qu’en juin (…) l’ensemble des planètes – hormis la Terre bien évidemment – et la Lune seront confinées dans une bande étroite de l’écliptique”, explique l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides IMCCE, bien qu’il ne s’agisse que d’un effet de perspective. En observant le ciel en direction de l’horizon est et sud-est bien dégagé, il est ainsi possible d’assister à cette parade de planètes complète dès 3 heures du matin. Autre astuce si on ne dispose pas de boussole : “On regarde la Lune et on fait 3/4 de tour vers la gauche”, précise Olivier Las Vergnas.

Comme le souligne le site Stelvision, dès 3 heures du matin, Saturne pointe son nez. Une heure après, à 4 heures, place à Neptune, Jupiter et Mars. Juste avant l’aube, place à Uranus. Puis enfin, venue l’aube, vous aurez l’occasion d’observer Vénus et Mercure, bien que cette dernière planète soit basse sur l’horizon. Ne manquez pas le spectacle, une telle configuration n’aura pas lieu avant 2041, explique dans le tweet ci-dessous la Société d’Astronomie du Planétarium de Montréal :

L’alignement des planètes, au sens propre, correspond à plusieurs phénomènes. Certains sont visibles depuis la Terre, d’autres en revanches sont calculables mais ne peuvent pas être observés dans le ciel.

Le premier type d’alignement est le plus spectaculaire puisqu’il est observable depuis la Terre. Il se produit lorsque toutes les planètes sont alignées avec la Terre et que cette dernière se situe à l’extrémité de l’alignement. Il est alors possible de voir dans le ciel les 7 autres planètes. Cet évènement est appelé “parade” car on observe comme un ballet de planètes dans le ciel. Un tel évènement a eu lieu pour la dernière fois en août 2020. Toutes les planètes sont apparues dans le ciel en une seule nuit. Le prochain alignement complet est prévu pour le 24 juin 2022. Vous pourrez alors admirer les 7 planètes alignées dans le ciel.

Le deuxième a lieu lorsque les planètes s’alignent avec le Soleil et qu’elles se trouvent toutes du même côté de ce dernier. Ce phénomène n’est pas visible depuis la Terre puisque certaines planètes (Mercure et Vénus) ne se trouvent pas du même côté de la Terre que les autres. Il est alors impossible de voir les 7 planètes dans le ciel au même moment. Cet alignement est donc calculable, mais pas observable. Le dernier alignement de ce type a eu lieu le 4 juillet 2020, le précédent datait de 1982. Il faudra attendre 2161 pour que cela se reproduise.

Quelles sont les 8 planètes du système solaire ?

Le système solaire accueille actuellement 8 planètes distinctes. Il s’agit de Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Autrefois, cette liste comprenait également Pluton, située après Neptune. En 2006, Pluton a été requalifiée en planète naine, quittant ainsi le groupe des planètes officielles du système solaire. En effet, ce corps céleste ne remplissait plus tous les critères établis par l’Union astronomique internationale pour être qualifié de planète.

  • Planète Mercure
  • Taille (diamètre) : 4 879,4 km
  • Couleur : gris
  • Position par rapport au Soleil : 1
  • Type de planète : tellurique
  • Distance moyenne au Soleil : 57,91 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 0
  • Planète Vénus
  • Taille (diamètre) : 12 104 km
  • Couleur : jaune orangé
  • Position par rapport au Soleil : 2
  • Type de planète : tellurique
  • Distance au Soleil : 108,2 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 0
  • Particularité : seule planète avec Uranus à tourner sur elle-même dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
  • Planète Terre
  • Taille (diamètre) : 12 742 km
  • Couleur : bleue
  • Position par rapport au Soleil : 3
  • Type de planète : tellurique
  • Distance au Soleil : 149,6 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 1
  • Particularité : seule planète connue où la vie se soit développée.
  • Planète Mars
  • Taille (diamètre) : 6 779 km
  • Couleur : rouge
  • Position par rapport au Soleil : 4
  • Type de planète : tellurique
  • Distance au Soleil : 227,9 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 2
  • Particularité : planète que l’on connaît le mieux en dehors de la Terre, grâce aux diverses missions qui ont étudié ses caractéristiques.
  • Planète Jupiter
  • Taille (diamètre) : 139 820 km
  • Couleur : bandes orange et marron
  • Position par rapport au Soleil : 5
  • Distance au Soleil : 778,3 millions de km
  • Type de planète : géante gazeuse
  • Nombre de lunes connues : 79
  • Particularité : elle possède une tache, qui est en réalité une tempête s’étendant sur deux fois la superficie de la France.
  • Planète Saturne
  • Taille (diamètre) : 116 460 km
  • Couleur : jaunâtre
  • Position par rapport au Soleil : 6
  • Type de planète : géante gazeuse
  • Distance au Soleil : 1 429 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 82
  • Particularité : seule planète dont on voit très distinctement les anneaux.
  • Planète Uranus
  • Taille (diamètre) : 50 724 km
  • Couleur : bleue pâle
  • Position par rapport au Soleil : 7
  • Type de planète : géante de glace
  • Distance au Soleil : 2 875 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 27
  • Particularité : Uranus est la seule planète à avoir un axe de rotation horizontal par rapport à son orbite, elle “roule” sur son orbite. Tout comme Vénus, elle tourne également sur elle-même dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
  • Planète Neptune
  • Taille (diamètre) : 49 244 km
  • Couleur : bleue
  • Position par rapport au Soleil : 8
  • Type de planète : géante de glace
  • Distance au Soleil : 4 504 millions de km
  • Nombre de lunes connues : 14

Pourquoi Pluton n’est plus une planète ?

Découverte en 1930 par l’astronome américain Clyde William Tombaugh, Pluton a fait partie des planètes du système solaire jusqu’en août 2006. À cette date, elle a changé de statut, devenant une planète naine. Mais que s’est-il passé pour que Pluton perde son titre de planète du système solaire ?

En 2005, un petit corps d’une taille comparable à celle de Pluton est découvert, Éris. D’autres objets semblables sont également identifiés à cette période. On se retrouve alors avec potentiellement plus de 10 planètes dans le système solaire. L’Union astronomique internationale doit alors trancher sur une nouvelle définition des planètes.

Un troisième critère vient alors s’ajouter aux deux premiers. Désormais, en plus de graviter autour du Soleil et d’être sphérique, une planète doit également avoir nettoyé son orbite. Cela signifie qu’aucun corps d’une taille similaire ne doit se trouver sur sa trajectoire. Or, Pluton ne répond pas à cette troisième condition. Elle est alors classée parmi les planètes naines, au même titre qu’Éris et d’autres objets célestes de tailles comparables.

Pour être qualifié de planète, un corps céleste doit remplir trois critères établis par l’Union astronomique internationale. Il doit tout d’abord être en orbite autour du Soleil, c’est-à-dire qu’il effectue un mouvement périodique autour de ce dernier. Il doit également avoir une masse suffisamment importante pour être de forme sphérique. Enfin, le corps doit également avoir “nettoyé le voisinage de son orbite”. Cela signifie que le corps céleste a accrété toute la matière disponible. Ainsi, il ne doit rester aucun autre objet de taille similaire sur sa trajectoire à part ses satellites naturels.

Quelles sont les caractéristiques des planètes ?

Le système solaire accueille 8 planètes actuellement connues. Chacune d’entre elles présente des caractéristiques différentes, mais elles peuvent tout de même être classées en deux groupes selon leur nature. Les planètes telluriques, les plus proches du Soleil, se sont formées à partir d’éléments lourds. Les planètes gazeuses, plus éloignées du Soleil,  se sont formées à partir d’éléments plus légers.

Les 4 planètes les plus éloignées du Soleil sont des planètes gazeuses. Ces planètes ne présentent pas de surface solide. Il s’agit de Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Ce sont des planètes dites “géantes” à cause de leurs tailles. Mais aujourd’hui, une nouvelle classification semble plus appropriée pour ces 4 planètes qui peuvent être divisées en 2 groupes distincts :

D’un côté, il y a Jupiter et Saturne, qui sont principalement composées à 90 % de gaz légers, à savoir d’hydrogène et d’hélium. Ce sont des géantes gazeuses ou joviennes. De l’autre côté, Uranus et Neptune sont très différentes de leurs voisines. On les appelle les “géantes de glace”. Leur noyau est composé de silicates et de fer et le manteau qui entoure ce noyau est composé de glaces d’eau, d’ammoniac et de méthane. Elles possèdent ensuite une atmosphère dans laquelle on retrouve de l’hydrogène et du méthane. Ce dernier gaz pourrait être responsable de leur couleur bleue.

Les 4 planètes les plus proches du Soleil sont des planètes telluriques, c’est-à-dire composées de roches et de métal. Il s’agit de Mercure, Vénus, la Terre et Mars. Ces planètes sont plus petites que les 4 suivantes et sont bien plus denses à cause de leurs compositions en éléments non volatiles comme le fer et les silicates (une famille de minéraux).

Quel est l’ordre des planètes ?

Les planètes du système solaire sont placées dans le sens suivant en s’éloignant du Soleil : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Mercure est donc la planète la plus proche de notre étoile et Neptune est la planète connue la plus éloignée.

Certaines phrases mnémotechniques permettent de retenir l’ordre des planètes du système solaire : Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Dans ce type de phrase, la première lettre de chaque mot correspond à la première lettre du nom de chaque planète. Il en existe plusieurs, comme par exemple la suivante, “Mon Vaisseau Te Mènera Jusque Sur Un Nuage.

Quels sont les symboles des planètes ?

Les symboles astronomiques sont utilisés depuis l’Antiquité, pour certains afin de représenter les objets célestes en astronomie ainsi qu’en astrologie. Ces signes ont pu évoluer avec le temps et ont été abandonnés dans le domaine de l’astronomie à de rares exceptions près.

Chaque symbole est associé à une planète, ainsi qu’au Soleil et à la Lune. Quelques objets célestes comme Pluton ou Cérès, une autre planète naine, sont également représentés par un symbole.

Planète
Symboles astronomiques des planètes. © Alex – stock.adobe.com

Quelle est la plus vieille planète ?

Les planètes du système solaire se sont toutes formées à la même époque à partir d’un nuage de gaz et de matières qui a également permis la formation du Soleil. Après la formation de ce dernier, les planètes se sont créées à partir de la matière et des gaz restants. C’est ainsi que les 8 planètes du système solaire se sont formées à la même période.

Cependant, l’âge de Jupiter, la plus grosse planète du système solaire, n’a jamais pu être établi, mais pose question depuis de nombreuses années. Les astronomes pressentent que cette planète pourrait avoir un rôle fondamental dans la structure du Système solaire.

En 2017, une étude publiée par Thomas S.Kruijer et son équipe dans la revue PNAS conclut que Jupiter aurait commencé à se former après le Soleil, mais avant les autres planètes du système. Elle aurait ainsi eu un impact majeur sur la mise en place du reste du système solaire et en particulier sur le type de planètes qu’il héberge.

Quel est le nom de la plus petite planète ?

La plus petite planète du système solaire est Mercure. Elle mesure 4 879 km de diamètre, ce qui représente un tiers de la taille de la Terre et à peine plus que la taille de la Lune.

En dehors du système solaire, on parle d’exoplanète, la plus petite planète connue étant Kepler 37b. Mesurant 2 255 km de diamètre, cette exoplanète est un peu plus petite que la Lune. Elle a été découverte par le satellite américain Kepler lancé en 2007, rapporte le magazine Sciences et Avenir.

Exoplanètes

En 2022, on a passé la barre des 5 000 exoplanètes identifiées. Le télescope James Webb, lancé en 2021, pourrait nous en apprendre davantage sur la composition de ces mondes éloignés, comme l’indique le magazine Sciences et Vie.

Les exoplanètes sont des planètes situées en dehors du système solaire. Elles se déplacent en orbite autour d’autres étoiles. Elles présentent une grande diversité : planètes telluriques, composées de roches ou gazeuses, ou encore géantes de glace. On leur attribue des surnoms comme “super Terre”, “Neptune chaud” ou encore “Jupiter chaud” en fonction de leurs caractéristiques et de leurs similitudes avec les planètes de notre système solaire.

Le système planétaire le plus proche de la Terre est Alpha du Centaure C. Son étoile centrale est Proxima du Centaure et se trouve à 4,246 années-lumière de la Terre, c’est-à-dire 40 000 milliards de km. Aujourd’hui, on connaît plusieurs planètes qui gravitent autour de cette étoile.

La première, Proxima b, a été découverte en août 2016 et a fait l’objet d’un communiqué de presse scientifique de l’Observatoire européen austral ainsi que d’une publication parue dans la revue Nature. Quelques années plus tard, la planète Proxima c a été détectée, orbitant plus loin de l’étoile Proxima du Centaure que sa voisine Proxima b. Enfin, en février 2022, Proxima d a été découverte, menant à trois le nombre de planètes qui gravitent autour de Proxima du Centaure.

La planète la plus proche de Proxima du Centaure serait la planète Proxima d qui ferait ainsi le tour de l’étoile en 5 jours. Proxima b se situerait dans la zone d’habitabilité de l’étoile, ce qui signifie qu’elle pourrait abriter de l’eau sous forme liquide. Enfin, Proxima c se situerait beaucoup plus loin de l’étoile et en ferait le tour en 5 années d’après le magazine National Geographic.

Lorsque Pluton a perdu son statut de planète, en août 2006, l’Union astronomique internationale a créé une nouvelle classification pour l’accueillir : les planètes naines. Ces planètes sont des corps qui gravitent autour du Soleil et sont de forme sphérique, à cause de leur masse, comme les planètes du système solaire. En revanche, les planètes naines n’ont pas nettoyé leur orbite, cela signifie qu’il peut y avoir sur leur trajectoire autour du Soleil, d’autres corps de tailles comparables.

La planète naine la plus proche de la Terre est Cérès, située dans la ceinture d’astéroïdes principale (il s’agit d’un nuage d’astéroïdes qui se trouve entre Mars et Jupiter). Ce qui différencie Cérès des autres corps rocheux de ce nuage est sa taille particulièrement importante et sa forme sphérique. C’est sur la base de ces éléments que Cérès a été rangée dans la catégorie des planètes naines en 2006.

Au sein du système solaire, la plus petite planète naine actuellement connue est Cérès avec ses 950 km de diamètre. C’est également la planète naine la plus proche de la Terre. A l’inverse, la planète naine la plus grosse est Pluton, alors que la plus lourde est Éris.

Planète avec anneaux

Bien que les anneaux de Saturne soient les plus visibles et donc les plus connus, ce n’est pas la seule planète à en posséder. Dans le système solaire, les 4 planètes gazeuses, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune présentent des anneaux.

Ces anneaux ont des compositions différentes selon la planète à laquelle on s’intéresse. Ainsi, les anneaux de Jupiter sont composés de poussières, ceux de Saturne sont composés de glace, et ceux d’Uranus et Neptune sont constitués d’un mélange de glace et de poussières.

Les anneaux des planètes n’ont pas tous la même origine. Certains sont le résultat de la destruction d’une lune par la force de gravité de la planète. C’est ce qui arrive lorsque la force de gravité de la planète est telle qu’elle attire la lune, la déforme et finit par la faire exploser en morceaux. Ces morceaux se placent ensuite en orbite autour de la planète, formant des anneaux. Ils peuvent aussi être formés de matières qui n’ont pas été accrétées lors de la formation de la planète.

Les anneaux des planètes sont plus ou moins visibles et ont tendance à disparaître avec le temps. La sonde Cassini a ainsi constaté que les anneaux de Saturne tombent sur la planète sous la forme d’une “pluie d’anneau” comme la qualifie James O’Donoghue, chercheur à la Nasa dans un article du magazine Science et Avenir. Ainsi, il est possible que Jupiter ait arboré des anneaux bien visibles autrefois, ou que Saturne finisse un jour par perdre les siens.

Planète X

Derrière la mystérieuse appellation “Planète X” se cachent les différentes planètes hypothétiques dont les astronomes soupçonnent l’existence. Dans le système solaire, la présence d’une 9ème planète jusqu’alors passée inaperçue est une hypothèse qui ne date pas d’hier.

Cette théorie a été remise au goût du jour par les deux chercheurs Konstantin Batygin et Mike Brown. Ces deux astronomes ont constaté que les orbites de certains objets situés au-delà de Neptune étaient inattendues et ne s’expliquaient pas par le modèle actuel du système solaire. L’explication la plus simple d’après eux est la présence d’une planète située après Neptune, la planète X. La force de gravité de cette planète pourrait ainsi perturber les orbites de ces objets. D’après les deux scientifiques, cette dernière ferait 10 fois la masse de la Terre et mettrait environ 20 000 ans à faire le tour du Soleil.

Cette théorie est critiquée par une partie de la communauté scientifique qui estime que les anomalies observées sur les orbites des objets transneptuniens pourraient s’expliquer autrement. D’autres chercheurs fondent de grands espoirs sur cette hypothèse et espèrent bientôt pouvoir ajouter un neuvième membre au cercle très privé des planètes du système solaire.



Reference-www.linternaute.com

About the author

Rishabh Rajvanshi

A casual guy with no definite plans for the day, he enjoys life to the fullest. A tech geek and coder, he also likes to hack apart hardware. He has a big passion for Linux, open source, gaming, and blogging. He believes that the world is an awesome place and we’re here to enjoy it! He’s currently the youngest member of the team. [email protected]

Add Comment

Click here to post a comment